Substituts nicotiniques : deux traitements désormais remboursables

1 juin 2018
Cette mesure du Plan priorité prévention a été présentée le 26 mars 2018 par la ministre des Solidarités et de la Santé. Elle marque une nouvelle étape dans la mise en place de mesures visant à accompagner les fumeurs dans l’arrêt du tabac.
Tabac
Politiques de santé

Deux premiers traitements de substitution nicotinique sont désormais remboursables par l’assurance maladie : des « gommes à mâcher » et des « patchs ». Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution, y compris aux plus modestes, car elle permet de supprimer l’avance de frais systématique et d’avoir le même tarif sur tout le territoire pour un même produit, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

La France compte plus de 13 millions de fumeurs quotidiens, et le tabac est une cause majeure de cancers, de maladies cardio-vasculaires et d’insuffisance respiratoire.
Afin de soutenir la lutte contre le tabac, les pouvoirs publics ont mis en place ces dernières années une série de mesures,  visant la cohérence et la complémentarité des actions, et l'inscription dans une stratégie pluriannuelle :

  • le Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019 (PNRT), avec notamment trois mesures phares mises en place en 2016 : l’instauration du paquet neutre, l’augmentation du forfait de prise en charge des substituts nicotiniques à hauteur de 150€ (auparavant 50€) et la mise en place de l'évènement national « Mois sans tabac ».
  • le Plan priorité prévention du 26 mars 2018, dont le remboursement des substituts nicotiniques fait partie et complète la 1ère mesure de 2016.

Selon les données du Baromètre santé 2017 de Santé publique France (publiées en février 2018), le tabagisme en France a connu une baisse de 2,5 points entre 2016 et 2017, ce qui représente 1 million de fumeurs quotidiens de moins en un an.

  • La prévalence du tabagisme quotidien passe ainsi de 29,4% en 2016 à 26,9% en 2017.
  • Cette baisse touche particulièrement les jeunes hommes de 18 à 24 ans et les femmes de 55 à 64 ans.
  • Elle est la plus marquée en Ile-de-France et en Normandie en comparaison des données de 2014.
  • Elle concerne particulièrement les personnes ayant les niveaux de diplômes et de revenus les moins élevés ainsi que les demandeurs d’emplois, ce qui permet de stopper, pour la première fois, l’accroissement des inégalités sociales en matière de tabagisme, observé depuis le début des années 2000 ; ce qui était un des objectifs du PNRT.

Pour aller plus loin sur le sujet :

Bulletin épidémiologique hebdomadaire N° 14-15 - 29 mai 2018. Numéro thématique pour la journée santé tabac. Santé publique France (articles, rapports d'études, analyses...)

Tabagisme et paquet de cigarettes : opinions des adolescents de 17 ans. Tendances n° 125, OFDT, Mai 2018

 

Actualités connexes