Fiche 6 - Acculturation

Les fiches « Méthodes » présentent les différentes étapes des démarches de participation en promotion de la santé. Cette fiche 6 explicite pourquoi et comment s'initier sur l'objet de la démarche.

S'acculturer correspond à un processus d'apprentissages réciproques concernant ici les démarches de participation.

Moins les acteurs en présence sont familiers avec ce type de démarche, plus il sera nécessaire de la préparer. Ceci pour trois raisons principales :

Souvent, lorsqu’une démarche de participation des habitants–usagers–citoyens est envisagée, plusieurs acteurs professionnels, élus, bénévoles sont déjà engagés dans la préparation d’un projet. Chacun a des connaissances et des représentations différentes concernant ce type de démarche.

Avoir un minimum d’acculturation collective permet d’éviter de nombreux malentendus au moment de la mise en œuvre.

La perspective d’une démarche de participation peut inquiéter certains contributeurs au projet : perte de temps, crainte de l’échec ou de se faire déborder par les propositions ou revendications, etc.

    Travailler ensemble sur le niveau souhaité de la participation (cf. fiche 3 - La participation) et sur les conditions de la participation a toute chance de faciliter l’engagement des uns et des autres dans une démarche de participation pertinente et acceptable.

    Les risques sont grands de :

    • développer une démarche de participation « alibi » (faire semblant de donner la parole)
    • entrer dans une forme de manipulation des propos d’autrui (donner la parole mais ne retenir que ce qui convient aux promoteurs, ou transformer la parole énoncée par les personnes concernées)
    • ne donner la parole qu’à 2-3 personnes qui s’expriment bien mais qui parlent en leur seul nom (témoignages)
    Mesurer les risques et chercher ensemble comment les éviter est fondateur d’une démarche de participation effective.

     

    En fonction de la maturité du groupe projet sur le thème (maturité de chaque membre du groupe et maturité collective), l’acculturation collective peut se réaliser sur :

    • Les différentes démarches de participation : concepts, niveaux de participation, intérêts et limites de chaque niveau de participation (cf. fiche 3 - La participation)
    • Les différents types de publics (habitants–usagers–citoyens) et les logiques sous-jacentes à la mobilisation de chacun d’eux (cf. fiche 4 - Les habitants–usagers–citoyens)
    • Les types de savoirs que les habitants–usagers–citoyens peuvent mobiliser et les intérêts et limites de chacun d’eux pour l’action (cf. fiche 5 - Les types de savoir)
    • Les freins et les leviers, identifiés par les acteurs du projet, pour le développement d’une démarche de participation
    • Les règles déontologiques et éthiques à respecter, pour éventuellement aboutir à une charte ou se référer à une charte existante



    Echanger, travailler ensemble, confronter les idées, chercher des convergences de point de vue :

    Toute méthode d’animation peut être utilisée, et il peut être intéressant d’utiliser une méthode qui pourra être également employée au moment du dialogue avec les habitants–usagers–citoyens. Par exemple :

        

    Métaplan :
    Les règles de la méthode « Comment conduire des discussions de groupes avec la méthode Metaplan® »

    Atelier de l’avenir :
    L’atelier de l’avenir, fiche technique, Institut Renaudot, janvier 2008

    World café :
    Animer un world café, 7 Février 2015, Rédigé par PedagoForm et publié depuis Overblog
    Méthode participative. Un guide pour animer un world café. Fondation du Roi Baudoin. 2014
     

    Plus le groupe se situe sur des positions et représentations divergentes, plus il peut être pertinent que l’animation soit assurée par un tiers.


    Se référer à une ou des chartes de la participation afin de discuter les règles déontologiques et éthiques

             

    Charte de la participation du public. Pour améliorer l’efficacité et la citoyenneté des décisions ayant un impact sur le cadre de vie

    Charte parisienne de l’animation citoyenne

    Charte du croisement des savoirs et des pratiques