Fiche 2 - Dresser un état des lieux

Les fiches « Méthodes » présentent les différentes étapes des démarches de participation en promotion de la santé. Cette fiche 2 explique pourquoi et comment dresser un état des lieux.

Faire un état des lieux de l’existant permet de :

observer, analyser, comprendre la situation afin de mieux définir les objectifs de l’action.

s’appuyer sur les connaissances existantes et les savoirs issus d’autres expériences, locales ou non. Cela permet d’identifier des manières de faire, des démarches, méthodes, leviers pour faciliter la participation de certains publics et notamment celle des plus démunis ou des plus vulnérables

identifier les ressources disponibles pour le projet. Il s’agit des ressources des professionnels (connaissances et compétences, ressources financières, logistiques...), mais aussi des personnes concernées (connaissances et compétences, savoir-faire des personnes et du collectif, créativité, force du groupe...).

connaître son environnement et les acteurs locaux qui ont déjà initié, ou qui font vivre, des démarches de participation, afin :

  • de voir s’ils peuvent être des relais facilitant la participation des habitants–usagers–citoyens au projet en cours de construction
  • de coordonner les actions et d’envisager des mutualisations de moyens


Consultez la fiche 1 – Méthodologie de projet : Diagnostic

La phase de diagnostic du problème ou de la situation est réalisée dans la mesure du possible avec les participants.

Prendre appui sur des démarches de participation qui peuvent intéresser le groupe projet, afin de soutenir la réflexion sur le type de participation souhaitée :

  • En sélectionner quelques-unes : ne pas se focaliser sur un seul type de démarche, mais plutôt en explorer plusieurs afin de ne pas enfermer la réflexion dès le départ.
  • Rencontrer quand cela est possible les acteurs des démarches locales sélectionnées

Prendre un temps spécifique pour identifier et reconnaître l'ensemble des ressources disponibles pour le projet : les ressources externes sur lesquelles on peut s'appuyer, et ce que chacun peut et est prêt à apporter.

Identifier clairement le budget disponible pour le projet. S’il est parfois possible parfois de faire avec « pas grand-chose » - rechercher des lieux accueillants, créer et penser de façon animée - la participation et le fait de mobiliser les ressources des individus ne doit pas faire oublier qu’il faut des moyens financiers pour faire les choses. Il s'agit aussi de préciser qui est payé dans le projet et qui ne l'est pas. Le temps passé par le professionnel pour la planification, la coordination, l'évaluation du projet représente un coût qui doit être prévu dans le budget, et identifié auprès de l'ensemble des acteurs.

Identifier les acteurs locaux ayant mis en place des démarches de participation, en étant particulièrement attentifs à ceux qui sont en contact avec les personnes en situation de précarité ou de vulnérabilité :

  • Envisager ensemble des partenariats, avec ceux qui peuvent être des relais pour faciliter la participation.
  • Discuter avec ces partenaires pressentis de la possibilité d’utiliser leur dispositif de participation pour aller à la rencontre de certains publics.

Le tableau suivant est proposé à titre indicatif afin de faciliter l’identification de démarches de participation. Il n’est pas exhaustif.

Identifier les démarches participatives existantes

 

Consultez la page Enseignements en Ile-de-France : les conditions de la participation