Fiche 10 - Faire vivre la participation

Les fiches « Méthodes » présentent les différentes étapes des démarches de participation en promotion de la santé. Cette fiche 10 explicite les enjeux et les modalités de mise en œuvre de la démarche.

Enjeu d’inscription dans le temps

Les démarches de participation sont toujours à inscrire dans le temps. Il faut du temps pour :

  • aller à la rencontre des habitants–usagers–citoyens (HUC) (plusieurs mois sont souvent nécessaires)
  • déployer le dispositif de consultation, ou de partage des savoirs et de construction d’actions
  • réaliser et évaluer les actions
  • envisager avec les HUC de nouveaux sujets d’intérêt et d’éventuels prolongements du travail au sein du service, de la structure, du territoire…


Enjeu d’adaptation au cours du temps

La participation des habitants–usagers–citoyens est portée par une démarche évolutive, car il est possible que :

  • certaines modalités de participation pensées a priori ne fonctionnent pas
  • certaines modalités fonctionnent un temps et s’épuisent
  • le renouvellement des individus ne se fasse pas ; qu’il reste quelques personnalités qui ne représentent plus qu’elles-mêmes
  • ou au contraire, les HUC répondent à la demande qui leur est faite et souhaitent être associés autrement, sur d’autres objets…



Soigner particulièrement la sollicitation des HUC : privilégier l’individuel (ou le petit groupe) et la rencontre physique, être attentif aux conditions matérielles (cf. fiche 8 - Mobiliser les participants)

Être très au clair sur le niveau de participation attendu, afin que les HUC ne soient pas déçus par la place qui leur est donnée. Montrer l’évolution de leur place au cours du temps.

Être régulièrement en relation avec les participants au projet :

  • leur envoyer les comptes-rendus, leur dire ce qui se passe lorsqu’ils ne sont pas présents à certaines réunions ou rencontres
  • les appeler au téléphone ou leur envoyer un mail (selon leur possibilité et leur préférence) pour leur transmettre une information importante ; pour les encourager à venir ; pour prendre des nouvelles quand une personne n’est pas venue
  • leur proposer de trouver un.e remplaçant.e s’il.elle ne peut plus contribuer au projet
  • identifier des « relais » qui peuvent faire lien avec d’autres participant.e.s
  • lorsque cela est possible, créer un espace de travail collectif où chacun.e peut apporter ses contributions (par exemple un outil collaboratif en ligne).

Communiquer régulièrement sur la manière dont les apports des HUC ont été pris en compte dans les processus de décision et expliquer les arguments aboutissant aux décisions. Cette explicitation est fondamentale. Elle exige des professionnels de ne pas manipuler la parole des HUC. Elle renforce la confiance que ces derniers ont dans les professionnels. Elle légitime la démarche générale.

Être attentif aux souhaits des HUC de participer autrement, selon des degrés différents, sur des objets différents et travailler avec eux les possibles évolutions de leur place.